MICHEL BEAUCAGE

A gestural painter, Michel Beaucage has earned a name for his unique creative expression. His works both refer to the visible world and reflect suggestive perceptions. The interplays of abstraction and representation evoke nature, artistic movements and oriental stylization. Lines and shapes arising from spontaneous brush strokes, superimposed transparent planes and harmony of colours are all characteristic of his paintings.

His talent is also expressed in drawing, engraving (carborundum), sculpture and bas relief murals. Through his singular use of acrylic and rice paper, he infuses his work with fragility and transparency reminiscent of crystallinity, glass and ceramic glaze. He incorporates collage (paper, jute, fabric and fragments of drawings and engravings) to add contour and texture, and has developed an original technique using rice paper as a medium to infuse his paintings with transparency and fragility. His works are often produced as a series, inviting the viewer to experience an allegorical and contemplative perspective of art.

Michel Beaucage was born in Montréal in 1958. He completed a Master of Fine Arts at the Université du Québec à Montréal in 1990, and continued his education with a training period on carborundum engraving at Atelier Pasnic in Paris. A world-renowned artist, Beaucage has presented his work every year for more than 25 years in a solo or group exhibition in Canada, the United States, Europe or Asia. He made his first foray into China during the Beijing International Art Biennale in 2005, and has since incorporated oriental-inspired motifs and techniques into his art. His works are part of more than forty prestigious public and private collections, including the permanent collection of the Beijing International Art Biennale, the Musée d’art contemporain des Laurentides and the Bibliothèque nationale du Québec.


 

L’imaginaire des œuvres de Michel Beaucage se réfère au monde visible et à des formes plus suggestives. Les jeux d’abstraction et de figuration évoquent, par exemple, la nature, des mouvements artistiques et la culture orientale. Les lignes et les formes associées à une gestuelle spontanée, la superposition des plans en transparence et l’harmonie des couleurs prédominent dans ses peintures principalement réalisées à l’acrylique sur toile et sur papier de riz. Le mouvement s’intègre à des jeux de fenêtres et de permutations de plans par des traits peints à l’encre, au pastel et à l’acrylique.

Les œuvres prennent forme par plus d’un médium et d’une technique : peintures, dessins, gravures au carborundum, murales bas-relief dédiées à des projets d’intégration de l’art à l’architecture. Beaucage a en outre mis au point une technique originale avec les papiers de riz, qu’il utilise pour créer des effets de transparence qui rappellent la cristallinité, le verre et les glaçures de céramiques. La durabilité et la légèreté de ce médium permettent de créer des œuvres où la lumière se manifeste par l’opacité et la transparence au moyen des couleurs et par l’intégration de collages (papiers, jute, fragments de gravures et de dessins, tissus, toile), ce qui ajoute également des textures et des modelés. Par un regard orienté vers des créations souvent produites en série, le spectateur est invité à prendre part à une vision allégorique et contemplative de l’art.

Né à Montréal en 1958, Michel Beaucage a obtenu sa maîtrise en arts de l’Université du Québec à Montréal en 1990, qu’il a complétée d’une formation sur la gravure au carborundum à l’Atelier Pasnic, à Paris. Artiste de notoriété internationale, il présente ses œuvres chaque année depuis plus de 25 ans dans le cadre d’expositions individuelles ou collectives au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie. En 2005, il fait sa première incursion en Chine, dans le cadre de la Biennale internationale d’art de Beijing, et intègre dès lors à son art des motifs et des techniques d’inspiration orientale. Ses œuvres se retrouvent aujourd’hui dans plus d’une quarantaine de collections privées et publiques prestigieuses ainsi que dans la collection permanente de la Biennale internationale d’art de Beijing, la collection du Musée d’art contemporain des Laurentides et la Bibliothèque nationale du Québec.